Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Erwin schrijft

Erwin schrijft

Verhalen in een notendop, confessies uit de boudoir, curiositeiten, statements, woede en liefde.

Herleven - revivre

Une autre mort. Une séparation. Une rupture.

 

Voir mourir ses amis, un parent, c’est aussi comprendre sa propre fuite. On est terriblement seul face à la mort, même si ce n’est pas la sienne. On cherche sans arrêt l’autre, celui qui est absent, celui qui est devenu absent. Alors on court. On fuit. De tout et de tout le monde parce qu’on cherche à comprendre, on cherche, on fouille, on croit trouver parfois mais on se rend compte qu’il n’est pas là, alors on continue à courir et à fouiller, on part à la recherche de l’autre sans relâche, on fuit le bruit, on fuit la maison, on fuit soi-même. On fuit sa solitude parce qu’elle est devenue insupportable. On fuit le bruit de la ville, on fuit le silence de la campagne.

 

Pour aller où ? Aller se cacher dans un trou, aller cacher sa peur, son angoisse, ses larmes, sa  douleur. On cherche sa tombe, on descend dans sa tombe et dans ses souvenirs qui sont devenus des tombes abîmées par le temps. On fouille dans tant d’autres tombes, dans tout ce qui n’est pas joli.

 

Puis on meurt à son tour. C’est l’abandon. On aurait essayé tant de fois mais on n’y arrive tout juste pas. On meurt aussi. On meurt dans l’absence de l’autre. Comment encore m’aimer quand on reste blessé à vie ? Quand l’absence de l’autre vous pousse à le rechercher à vie ? Quand rester avec moi, malgré tout, est de croire que tout va bien ?

 

Alors oui, on court, et à force de chercher on comprend mieux que la perte d’un être cher, un ami, un parent, vous fait fuir et vous interdit de rester en vie dans votre propre vie. Que ne pas avancer c’est ne pas avoir la force d’aller loin et de mourir. La mort tient toutes les réponses, la mort vous permet d’aimer, la mort vous fait comprendre qu’un seul amour ne peut pas combler ni même ressusciter les morts.

 

Fuir c’est aussi se protéger, se défendre et de se durcir et puis… vivre. Ne plus mourir sur quelqu’un qu’on a plus. Vivre la mort de soi ou de quelqu’un c’est revenir à la vie. C’est vaincre la mort. C’est redevenir quelqu’un, sans hésiter. La mort comme moteur de la vie. De ta vie.

 

Une mort. Une vie. Vie-sible. Visible.

 

Ne pas être vu, c’est fuir, angoisser. Etre visible. Etre à tout le monde sans trop s’y attacher. Etre sans identité particulière. Etre avec la mort c’est être avec la vie. C’est être en vie. Etre tellement vivant.

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article