Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Erwin schrijft

Erwin schrijft

Verhalen in een notendop, confessies uit de boudoir, curiositeiten, statements, woede en liefde.

Le mensonge

Quand on a pris une décision, elle est censée d’être irréversible. Tout est dit en une phrase sur un nouveau papier blanc devant moi.

Ce ne sont pas tant les mensonges qui nous accompagnent dans la vie et qui nous calment l’esprit et qui nous rendent notre entourage et nos vies tolérants. Non. On vit au quotidien dans un mensonge, tellement peur de se regarder en face, de se le dire, de se dire vrai, de se donner une claque une bonne fois pour toutes. Pour arriver à ce stade là, il faut avoir vécu ses mensonges. Il faut avoir vécu tout court. Il faut avoir s’être sali et s’être traîné dans la boue.

Les mensonges, ce sont sa propre vie, les gens qui nous entourent, le travail qu’on fait depuis tant d’années, le fait d’être susceptible quand on vous appelle Mireille Mathieu parce que vous avez une coiffure qui rappelle la sienne. Le mensonge c’est sa propre famille, sa propre fille, son propre fils. Ses parents. Ses collègues de travail. Ses camarades de bar. Son train train quotidien. Un mauvais disque. facebook. Sa propre fortune. Son loyer. Ce sont nos certitudes, nos ombres de la nuit, nos démons du jour. Les mensonges de rouler des pelles à des inconnus et de leur promettre des futurs. Le mensonge c’est « tu as de beaux yeux ». C’est la bière offerte après l’autre bière offerte.

Quand on a pris une décision, elle est censée d’être irréversible… c’est prendre des risques, c’est s’abandonner ; s’avouer à soi-même. C’est le rejet des certitudes et l’acceptation de ce qui est conquis pour toujours.

C’est aussi partir, laisser partir, c’est dire au revoir. A jamais. C’est dire son secret.

Enfin, c’est ce qu’on m’a dit…

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article